Aujourd’hui je vous emmène à Nabeul, au nord-est de la Tunisie.

C’est le Nouvel An musulman, le premier jour de l’hégire. Cet événement se déroulera autour d’un repas de fête, avec des variantes culinaires selon les pays. En Tunisie on sert le couscous au kaddid (une viande salée et séchée, généralement de mouton).

Il doit être cuisiné la veille afin que les ingrédients soient de l’année précédente, symbolisant prospérité et continuité de la oula. La oula, ce sont ces réserves de matières premières constituées pour l’hiver. A Nabeul, le couscous au kaddid va s’agrémenter de nombreuses spécificités. Côté viande, on y ajoutera merguez et osben (spécialité à base de tripes d’agneau). Il sera aussi garni d’œufs durs, d’amandes et de dattes. Côté sucré-salé, vous n’êtes pas au bout de vos surprises, puisqu’il sera agrémenté de bonbons. Les bonbons, il y en aura encore dans le methred, sorte de compotier en poterie surmontée d’une poupée en sucre très colorée. Chaque enfant aura la sienne, plutôt en forme de cavaliers pour les garçons et d’animaux pour les plus jeunes. Ces figurines sont souvent gardées jusqu’au soir de la achoura (cette année, ce sera le 20 septembre).

Demain je vous emmène à Paris.

(Photo : facebook poupée de sucre de Nabeul)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *