Nous voilà arrivés à Paris.

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de la naissance, le 20 septembre 1813, du baron Brisse. C’est l’un des inventeurs des menus pour ménagères et l’un des précurseurs du journalisme gastronomique.

Il a déjà 37 ans et une situation bourgeoise bien établie en Touraine lorsqu’il quitte tout pour monter à Paris. Son but : devenir journaliste gastronomique. Son modèle : Grimod de La Reynière. Personne ne l’attend, il est longtemps pigiste. Mais il tisse son réseau et devient l’ami des chefs et des amateurs de bonne chère qui comptent à Paris (Dumas, Rossini…). En 1864, il crée ce qu’il considère être le premier journal gastronomique moderne, en déclarant : « l’art de bien vivre est un art éminemment français. Cependant, malgré des tentatives souvent renouvelées, un organe spécial manquait encore à Paris pour les personnes que cet art préoccupe. Nous avons fondé la Salle à Manger. » Léon Brisse collabore avec les grands chefs de l’époque et propose chaque jour un menu avec des recettes pour les familles.

Menu du 20 septembre 1864

DINER DE FAMILLE

Menu pour 12 Personnes.

Potage à la Semoule, Chiffonnade d’Oseille.

Vives au Gratin.

Noix de Veau à la Chicorée.

Levrauts bardés rôtis, sauce Poivrade.

Concombres Farinés.

Flancs de Poires.

La Salle à manger, chronique de la table, durera trois saisons avant de faire faillite. Qu’à cela ne tienne, Léon Brisse crée une rubrique gastronomique quotidienne pour le journal La Liberté et c’est enfin le succès ! Succès jalousé et copié : il est lancé. Il réutilise ses articles et chroniques pour publier en 1867 Les Trois Cent soixante-six menus pour l’année 1868. C’est un best-seller maintes fois réédité et multi-traduit.  A la suite du baron Brisse, des milliers de calendriers et d’almanachs proposeront les menus pour l’année à venir. Il s’adapteront à l’émancipation des femmes qui, d’épouses et mères devant régir les menus et l’économie du foyer, deviendront partenaires. Peu à peu les menus s’élaboreront en couple. Menus désormais proposés par blogs et sites culinaires.

Demain je vous emmène en Sicile.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *