Aujourd’hui je vous emmène partout où est fêté Rosh Hashanah (qui a débuté hier soir au coucher du soleil).

C’est le plus connu des quatre nouvel an juifs, le 1er jour de l’année civile. Les aliments jouent un grand rôle lors des deux repas de Rosh Hashanah.

Le fruit le plus symbolique est la pomme trempée dans du miel qu’on s’échange en se souhaitant une année de bienfaits et de douceur. Nombre de recettes contiendront d’ailleurs du miel ou du sucre afin d’augurer une bonne année. Beaucoup d’aliments seront servis pour se souhaiter santé et prospérité : dattes, figues, carottes, grenades, betteraves, poireaux, courges diverses, tête de poisson ou d’agneau…

Il y a bien sûr des différences selon les communautés et le pays où elles habitent.

Les Séfarades président des seders (repas cérémonials) pour lesquels une bénédiction est dite à chaque aliment consommé, et ce dans un ordre déterminé et ritualisé.

Les Ashkénazes préparent entre autres des tzimmes, carottes confites auxquelles on ajoute souvent des pruneaux. Rien que sur les tzimmes, on pourrait écrire un livre de cuisine. Certains remplacent les pruneaux par des raisins secs, d’autres par des abricots secs. Il en existe des centaines de recettes, avec des variantes sur les ingrédients et les modes de cuisson. Leur point commun : une longue cuisson qu’il vaut mieux avoir réalisée la veille.

Je vous propose une recette inspirée de Michèle Baczynsky (http://www.cclj.be/regards/ndeg867-1007).

Préchauffez votre four à 200°C. Placez 1 kilo de carottes bio lavées et non épluchées dans la lèchefrite de votre four. Arrosez de quelques cuillères à soupe d’huile d’olive. Mélangez pour enrober. Ne salez surtout pas. Enfournez 30 minutes. Coupez les carottes en rondelles pas trop fines et disposez-les dans une casserole avec 4 cuillères à soupe de miel et 50 g de vergeoise brune, une poignée de pruneaux dénoyautés, 1 cuillère à café de cannelle et le jus d’un citron. Mélangez. Ajoutez de l’eau à niveau et recouvrez d’un papier sulfurisé. Cuisez environ 3 heures en rajoutant de l’eau dès que nécessaire.

Demain je vous emmène en Tunisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *