Nous voila arrivés en Irak, près de Hilla, à une centaine de kilomètres de Bagdad.

Mais ni le pays, ni les villes ne s’appellent ainsi car nous sommes en 605 avant J.-C. et nous nous trouvons à Babylone. Aujourd’hui Nabuchodonosor II devient roi. Il règnera sur le plus vaste empire qu’ait conquis Babylone, ville où il fera ériger de nombreux monuments. Comment sait-on que la date anniversaire de son couronnement tombe exactement aujourd’hui ?

Grâce à des Indiana Jones comme l’archéologue Henri Pognon qui courut l’Irak, la Syrie et le Liban pour collecter d’anciennes inscriptions et tenter de les décrypter. Spécialiste des langues assyrienne, syriaque et araméenne, il découvre en 1883 deux importantes inscriptions sur des bas-reliefs datant du règne de Nabuchodonosor II dans le Wadi Brissa, au Liban.

On ne sait si Nabuchodonosor II est à l’origine des jardins suspendus de Babylone, ni même s’ils ont réellement existé, mais on sait qu’il y avait de nombreuses vignes dans l’empire néo-babylonien, ainsi que dans l’actuel Irak. Ce n’étaient bien sûr pas les premières, il en existait depuis des millénaires.

Est-ce pour toutes ces raisons qu’un illustre inconnu (viticulteur ? négociant en vin ?…) donna le nom de Nabuchodonosor à une bouteille contenant 15 litres, soit 20 bouteilles de 75 centilitres. Si les très grands flaconnages existent depuis le XVIIIème siècle, ce serait fin XIXème siècle, selon le journaliste Philippe Margot, que des négociants champenois auraient associé des noms de grands rois à leurs précieux flacons. Et précieux, ils le sont, mêmes vides. L’entreprise Verallia, près d’Epernay, explique sur son site qu’à partir du Salmanazar (9 litres), la fabrication des bouteilles devient semi-artisanale avec une composition du verre modifiée.

On reste tout de même perplexe : on sait précisément ce qui s’est passé le « 24 septembre 605 avant J.-C. » et impossible de dire qui, fin XIXème, a nommé une bouteille Nabuchodonosor et pourquoi. Il faudrait un Henri Pognon II pour satisfaire notre curiosité archéœnologique.

Demain je vous emmène dans les Bouches-du-Rhône.

Photo : https://cargocollective.com/labordur/Nabuchodonosor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *