Nous sommes le 4 juillet 1924, c’est la fête de l’indépendance aux États-Unis. Le restaurant de Cesare Cardini est bondé et il n’y a presque plus rien à manger. Pourtant, pas question de refuser ce groupe qui vient d’arriver…

C’est la salade américaine la plus célèbre, pourtant elle n’a pas été créée aux États-Unis, à cause de la Prohibition qui fait rage durant ces années-là. Cesare Cardini est un restaurateur italien immigré depuis quelques années. Il a le sens des affaires. Faire la fête, bien manger et ne pas boire d’alcool : voilà qui ne va pas de soi pour nombre de clients argentés. Caesar (comme il se fait appeler) ouvre donc des restaurants près de la frontière, au Mexique. C’est à Tijuana que la recette aurait été improvisée avec… ce qui restait.

Pour la reproduire à l’identique, il vous faudra :

– des cœurs de salades romaines bien croquantes (poêlez les feuilles plus vertes avec de l’ail pour les servir      ultérieurement),

– des restes de vieux pain pour faire des croûtons grillés frottés à l’ail,

– de l’huile d’olive infusée à l’ail, du jus de citron, de la sauce Worcestershire, du sel et du poivre noir pour la vinaigrette,

– des œufs crus battus ajoutés à la vinaigrette (ou à défaut, si vous ne les supportez pas, des œufs mollets ou durs disposés sur la salade),

– des copeaux de parmesan.

Il suffit de mélanger tous les ingrédients à la dernière minute afin de préserver le croustillant du pain grillé. Cette recette est à concocter ou à adapter pour ce qu’elle est : de la cuisine des restes ultra simple. Si vous disposez d’œufs extra-frais (de moins de 8 jours), vous pourrez les mélanger à votre salade, sinon, mieux vaut les cuire. Toute autre salade croquante (comme l’iceberg) fera l’affaire. Inutile de rajouter des anchois, il y en a déjà dans la sauce Worcester. Quant aux ajouts de poulet, crevettes, avocats et autres, ils sont symptomatiques d’une cuisine américaine bien trop riche et hyper protéinée qui déferlera dans les années cinquante.

Voilà donc une salade complète pour des repas improvisés, et si vous n’avez pas tous les ingrédients vous improviserez comme Caesar.

 

 

 

 

Photo de couverture : site partaste.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *