Aujourd’hui je vous emmène à Bonifacio

Juste une petite escale, le temps de manger une des spécialités de la ville : les aubergines farcies.

La tradition veut qu’on en mange dans toutes les familles, le 8 septembre, pour la fête de la nativité de la Vierge. A l’origine, c’est un plat de pauvres, avec tous les aliments de base et de saison que peuvent avoir sous la main les petits paysans : aubergines, mie de pain sec, fromage, ail, basilic et huile.

Il faut choisir de petites aubergines qui seront faciles à transporter car c’est un plat de voyage. Autrefois, et c’est toujours le cas pour certaines, beaucoup de familles partaient en pèlerinage pour l’ermitage de la Trinité, à quelques  kilomètres de Bonifacio, et pique-niquaient sur place.

La recette

8 petites aubergines

180 g de mie de pain sec

3 gousses d’ail

Une petite poignée de feuilles de basilic

220 g de fromages râpés et émiettés (pecorino, feta, chèvre frais…)

3 œufs

Sel et poivre du moulin

Huile (pour la friture, je préfère l’huile de tournesol à l’huile d’olive)

Équeutez les aubergines, coupez-les en deux dans le sens de la longueur. Les anciennes recettes préconisent de les ébouillanter dix minutes. On a désormais tendance à les cuire une vingtaine de minutes à la vapeur afin qu’elles ne se gorgent pas d’eau. Trempez la mie de pain sec dans un peu d’eau (ou du lait, mais c’est moins traditionnel). Évidez délicatement les moitiés d’aubergines et coupez grossièrement la chair. Pressez bien la mie dans vos mains pour en extraire l’eau. Ciselez l’ail, puis le basilic. Réalisez ensuite la farce en mélangeant tous les ingrédients pour en remplir les aubergines évidées. Le choix des fromages dépend des goûts, la feta n’est pas traditionnelle, mais elle va bien avec ce plat. Il ne reste plus qu’à frire, en plusieurs fois, dans une poêle, dix minutes côté farce, puis cinq minutes côté peau. Pendant la cuisson, disposez un sopalin sur les aubergines pour éviter les projections.

Ces aubergines à la bonifacienne pourront se manger chaudes, accompagnées d’une sauce tomate maison, ou froides, en pique-nique.

Demain je vous emmène dans le Béarn des Gaves.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *