Voilà, nous sommes arrivés dans le sud-est de l’Allemagne.

C’est aujourd’hui l’anniversaire de la naissance d’Hildegarde de Bingen, en 1098, près d’Alzey, à Bermersheim vor der Höhe. C’est une star en Allemagne mais sa notoriété a gagné le monde entier. Elle est connue en tant que femme de lettres, compositrice. C’était aussi une féministe révolutionnaire. Elle était encore naturaliste et médecin et préconisait de prévenir et guérir les maladie grâce à l’alimentation.

Pour ces biscuits de la joie, des tas de recettes sur le net. Certaines préconisent 24 clous de girofle moulus pour 250 g de farine ! Autant grignoter des clous de girofle ou s’en faire une décoction. Pour la cannelle et la noix de muscade, beaucoup de recettes avec 5 ou 6 g de noix de muscade et la même quantité de cannelle pour 250 g de farine, ce qui est déjà énorme, et d’autres avec 45 g de muscade puis encore 45 g de cannelle pour 1 kilo de farine. Comme il est conseillé de ne pas se priver de ces petits gâteaux si bons pour pour notre santé, on peut imaginer l’impact sur celle-ci, surtout avec une consommation régulière. On dit qu’une noix de muscade entière tue un homme : elle pèse entre 4 et 5 g. Cette maxime est sans doute exagérée et la noix de muscade ne pose aucun problème lorsqu’on la consomme  en très petite quantité. Mais elle contient de la myristicine, une substance psychoactive et toxique qui, à forte dose, peut provoquer des convulsions, des arythmies cardiaques…

La consommation de cannelle à très forte dose n’est pas meilleure pour notre santé. Comme nous l’explique le site
Thérapeutes Magazine (voir lien), la cannelle ordinaire (cannelle cassia ou cannelle de Chine), que l’on trouve le plus communément dans les supermarchés, contient beaucoup de coumarine. Cette dernière, consommée en grande quantité, peut provoquer toxicité hépatique et cancer. Je cite Thérapeutes Magazine :  » en se basant sur la dose journalière admissible, il est recommandé de ne pas consommer plus de 0,5-2 grammes de cannelle Cassia par jour. »

Ce n’est pas Hildegarde de Bingen qui est en cause, mais les lectures qui sont faites de son œuvre à l’aune de nos connaissances scientifiques. Rappelons aussi qu’au XIIème siècle des copistes permettaient de diffuser les manuscrits avec parfois des erreurs de copie.

Biscuits de la joie (recette modérée)

250 g de farine d’épeautre
1 grosse pincée de noix de muscade
5 g de cannelle en poudre
6 clous de girofle moulus ou broyés grossièrement au pilon
90 g de beurre fondu refroidi ou d’huile de tournesol
100 g de miel (liquide ou rendu liquide en le chauffant légèrement)
2 jaunes d’œufs battus

Mélangez toutes les poudres et réservez. Mélangez l’huile ou le beurre fondu refroidi avec le miel liquide (refroidi lui aussi) et les jaunes d’œufs. Mélangez les deux appareils le plus rapidement possible. Laissez reposer au moins deux heures au réfrigérateur. Étalez, faites des formes avec un emporte-pièces ou la pointe d’un couteau et enfournez dans un four préchauffé à 180° C pendant une dizaine de minutes.

Demain je vous emmène dans le Cantal.

dangers de la noix de muscade et de la cannelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *