Nous voilà arrivés à Pasadena, en Californie, à l’est de Los Angeles, au pied des montagnes de San Gabriel.

Aux États-Unis, c’est aujourd’hui la journée nationale du cheeseburger. Je vais vous raconter sa véritable histoire.

Le hamburger est un fil rouge pour nous guider à travers les légendes américaines. Cela commence fin XIXème avec des cow-boys, des prairies à la Fenimore Cooper et de vastes élevages. Michael Wallis, écrivain de voyage et reporter pour le magazine Oklahoma Today, a longuement enquêté. Le premier hamburger avec son petit pain légèrement brioché aurait été servi en 1891 dans la ferme de Papy Oscar, à l’ouest de Tulsa, en Oklahoma. La viande d’Angus nourris à l’herbe des plaines était grillée au feu de bois. Mais ce hamburger ne contenait pas de fromage.

L’histoire continue et nous est racontée en septembre 1992 par Steve Tice, du Los Angeles Times : « Herman Sternberger et ses jumeaux, Van et Lionel, sont venus de San Diego à Pasadena en 1916 et se sont installés à l’angle de Colorado Boulevard et de l’Avenue 64 pour ouvrir un stand de fruits. » Le stand se trouvait au sommet d’une côte extrêmement raide. Les chauffeurs devaient arrêter leurs automobiles pour permettre aux radiateurs de refroidir. L’emplacement était idéal pour vendre fruits et boissons fraîches. Herman l’appela « The Rite Spot ». C’est Herman Sternberg sur la photo ci-dessus, transmise par le fils de Van, Don Sternberger. Herman décède en 1924, la boutique est reprise par son fils, Lionel. Il semblerait que ce soit dans ce petit snack qu’en 1924, à l’âge de 16 ou 17 ans, Lionel a servi le premier cheeseburger de l’histoire de l’humanité ! Don Sternberger en est sûr et affirme à Joe Piasecki, (un autre journaliste du Los Angles Times) que, selon son père, « Lionel avait grillé le premier cheeseburger alors qu’il travaillait dans un stand de fruits, de tabac et de hamburgers  que la famille exploitait en bord de route ». C’est le petit snack de la photo, revendu peu après, pour en construire le premier « Rite Spot » en dur avec le même nom. On y servira un produit phare, le « burger aristocratique : le hamburger original au fromage ».

L’homme à la tête de cheeseburger : je retrouve la trace de Lionel Sternberger sur un site de généalogie, géni.com. A la place de la photographie du défunt, un cheeseburger. Sur ce site, le témoignage de Sophia Murray, fille d’une amie des Sternberger. On pourrait être dans une novela de Jim Harrison. Lionel dirige plusieurs restaurants et a acquis, avec son épouse Helen, un ranch à Pasadena, où ils élèvent des chevaux de course. Sophie Murray se souvient : « Helen était l’une des plus belles femmes que j’aie jamais vues. Elle avait des cheveux bruns et des yeux d’un bleu profond. Elle portait toujours de grands chapeaux et des robes élégantes. » Le rêve américain dans toute sa splendeur.

Demain je vous emmène en Italie, ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *