Voilà, nous sommes arrivés à Naples.

C’est aujourd’hui la San Gennaro et à Naples, dont c’est le principal patron, c’est un grand événement pour des milliers de fidèles. Je ne vous parlerai pas de la liquéfaction du sang de San Gennaro, qui aura lieu ce matin, « si Dieu le veut », et sur laquelle se sont exprimés Voltaire, Alexandre Dumas et Sigmund Freud. Je vous parlerai de la pâtisserie de la San Gennaro.

A Naples, il y a des spécialités culinaires pour beaucoup de fêtes religieuses, mais pas pour la San Gennaro. Chaque année, les pâtissiers tentent de créer un gâteau ou une confiserie pour l’occasion, mais rien n’a jamais trouvé grâce aux yeux des Napolitains.

Pourtant, très loin, à New-York, une pâtisserie est devenue synonyme de la San Gennaro, grâce à des immigrés napolitains : le cannolo. Depuis 1926, la San Gennaro est fêtée dans le quartier de Little Italy, le long de Mulberry Street. Ce qui, au départ, n’était qu’une petite célébration est devenu au fil des années un énorme événement qui dure dix jours et attire des dizaines de milliers de touristes. On y mange quantité de cannoli avec, depuis 21 ans, le concours du plus gros mangeur (c’était cette année le 13 septembre). Mais qu’est-ce que le cannolo ?

C’est un dessert typiquement  sicilien : une pâte que l’on enroule sur des cylindres d’inox avant de la frire. Les rouleaux sont ensuite farcis de ricotta de brebis sucrée (la ricotta de vache est désormais plus fréquemment utilisée). Les Italo-Américains ajoutent souvent du mascarpone à la ricotta.

Alors pourquoi ne pas manger aussi des cannoli à Naples le jour de la San Gennaro ? C’est que pour les Italiens, les Siciliens sont un peu nos Corses et qu’il y a des chasses gardées. D’ailleurs les Italiens appellent les cannoli les cannoli siciliani. Alors à Naples, on continuera à chercher une pâtisserie adéquate pour la San Gennaro.

Demain je vous emmène en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *