En ce mardi 2 juillet, nous allons manger de l’oto. De quoi s’agit-il ? De l’un des plats les plus emblématiques du Ghana…

L’oto ou eto (encore appelé otor ou etor) est une recette de fêtes et de célébrations. Le Batakue Festival a lieu chaque année à Elmina-Edina, petit port de la côte ghanéenne. Les chefs de toute la contrée venus aujourd’hui honorer Nana Benya, le dieu de la mer, apporteront en offrande cette purée d’igname à l’huile de palme surmontée d’œufs durs.

Le Batakue Festival serait célébré depuis la fin du XVème siècle, lorsque les Portugais fondèrent officiellement la ville d’Elmina-Edina. Pourtant, des célébrations datant de bien avant l’arrivée des colons européens existaient déjà à cette période : début  juillet c’est le début de la saison des pluies et le mardi est le jour du dieu de la mer. Avant la « création » de la ville, on honore avant tout  le miracle répété des pêches et récoltes permis par les dieux.

Si vous désirez préparer ce plat végétarien, les globe-trotters du site 196 flavors vous en donnent la recette. Autre recette et passionnants renseignements ethnologiques sur betumiblog.blogspot.com dont la photo ci-dessous est extraite.

Vous estimez peut-être que l’igname n’est pas très locavore : sachez que ce tubercule est aussi cultivé en France, notamment dans le Loir-et-Cher. Le légume-racine affectionne particulièrement les terres sableuses du département ; Saint-Claude-de-Diray, près de Chambord, s’est d’ailleurs autoproclamée capitale européenne de la production d’igname et ce, grâce aux « fins limons de la Loire, et à son microclimat particulier ».

Photo de couverture :  site du Batakue festival

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *